Les découvertes extra-terrestres qui pourraient nous « sauver »

 

Face à la surexploitation de la Terre et à la crise actuelle de son environnement, l’humanité pourrait trouver sa planche de salut dans les étoiles. Plusieurs découvertes extra-terrestres récentes laissent en effet présager des solutions en termes de ressources voire même de colonisation spatiale. Le point sur ces lueurs d’espoir qui brillent très loin dans le ciel !

 

L’hélium-3 de la Lune

 

Située à « seulement » 384.400 km de la terre, une paille à l’échelle de l’univers, la Lune offre des perspectives minières enthousiasmantes. Le vent solaire y a apporté au minimum 1 million de tonnes d’hélium 3 là où il n’y en a que 200 kg sur terre ! Combiné au deutérium dans un réacteur à fusion, l’hélium 3 offre d’immenses perspectives de production d’énergie ! Autre avantage non négligeable, les déchets issus de ce type de ce réacteur ont un cycle de vie très court supprimant les problèmes et les risques de l’industrie nucléaire pour l’ environnement terrestre. Une réponse concrète à l’épuisement des énergies fossiles prévu vers 2050.

 

Les minéraux des astéroïdes

 

On le sait les astéroïdes sont particulièrement nombreux dans notre système solaire. Gravitant entre Jupiter et Mars ces derniers sont riches en métaux et terres rares. Certaines sociétés comme la Deep Space Industries ou la Planetary Resources envisagent la captation de ces corps célestes pour en exploiter leur minéraux les plus précieux : nickel, platine, or et diamants notamment ! L’extraction de ces minéraux spatiaux pourrait se faire depuis l’espace ou sur terre après captation de l’astéroïde et acheminement vers cette dernière. La partie spatiale de l’opération serait conduite par des sondes automatisées ravitaillées par un réseau de stations-services ou depuis Mars. Une solution à la pénurie des minéraux terrestres qui pourrait être mise en œuvre après 2020.

 

L’eau de Mars

 

Des scientifiques italiens ont récemment détecté l’existence d’un lac d’eau à l’état liquide à 1,5 km de profondeur sous le pôle sud de Mars. Une étendue d’eau de 20 km qui pourrait permettre l’installation d’une colonie minière utile pour exploiter les ressources minières de la planète rouge ou des astéroïdes. Mars est en effet riche en fer, en silicium, en magnésium, en aluminium et en Titane. La présence d’eau permettrait bien évidemment de couvrir les besoins physiologiques des mineurs spatiaux mais aussi de produire par électrolyse de l’hydrogène. Une énergie puissante qui associée aux piles à combustibles de la colonie martienne permettrait son fonctionnement sur le très long terme. Les italiens viennent d’offrir au monde une réponse précise à une problématique spatiale importante qui ouvre la porte à une première phase d’exploration humaine.

 

Les planètes habitables

 

Plus l’exploration spatiale avance plus la liste d’exoplanètes offrant des conditions proches de celles offertes par la Terre s’allonge. Plus de 3.700 exoplanètes ont déjà été inventoriées mais notre galaxie comptant plusieurs dizaines de milliards d’étoiles, le nombre de planètes potentiellement habitables, c’est à dire offrant un environnement viable pour l’homme, pourrait être très élevé. Lorsque les astrophysiciens auront déterminé une ou des destinations idéales, les missions d’exploration pourraient être suivies d’une colonisation en bonne et due forme de ces planètes. Une réponse parfaite à la surpopulation de la terre et à l’épuisement de ses ressources. Si cette solution à ces problèmes peut paraître utopique aujourd’hui, elle n’a rien de plus farfelu que pouvait l’être l’existence de continents à l’ouest et leur colonisation pour un européen du moyen-âge. Quelques siècles plus tard, Christophe Colomb puis le May Flower changeaient pourtant la face du monde !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*